Un regain de poésie

Un regain de poésie

La librairie Regain installée à Reillanne (petit village de 1500 habitants) souhaite, autour de la poésie, et avec ce programme printanier, rassembler les différents publics qui se croisent dans ce lieu. Cet art millénaire qu’est la poésie offre par son ouverture et sa singularité une possibilité de rassembler au-delà des idées et d’ouvrir à une conscience collective de la vie.
Faisant suite à plusieurs expériences courant 2018, dans laquelle l’association « À Livres Ouverts » s’est investie au-delà de son cadre pour explorer d’autres champs de création autour de la fontaine de Reillanne, nous souhaitons poursuivre et diversifier ce genre d’initiatives. L’association « À Livres Ouverts » qui gère la librairie Regain depuis un an, a organisé des soirées festives « la fête de la librairie », le 28 avril, « Le monde de l’eau », le 17 août, au cours desquelles lectures, musique, performances, ont pu rassembler le public sur la place de la libération de Reillanne.
Aussi, nous souhaitons profiter de cet espace dont les capacités d’accueil sont évidentes pour initier des rencontres qui articulent le livre et la musique. La librairie étant spécialisée en musique, cela va de soi.
Nous souhaitons travailler en priorité avec les nombreux acteurs locaux, musiciens, circassiens, mais également inviter d’autres artistes et auteur·e·s déjà visibles par leur livres dans nos rayons. Ces manifestations se dérouleront pour la plupart en soirée et dans le respect de la vie culturelle Reillannaise déjà existante.

Sadou Czapka & Samuel Autexier

Annick Vigier
Enfance et adolescence en banlieue parisienne. Aux vacances, échappées éblouies vers la campagne (l’Oise) ou l’Ardèche, chez ma grand-mère maternelle.
Découverte fervente de la nature, de l’art, de la poésie. Études de lettres classiques à Paris (maîtrise sur Jean Giono, thèse de doctorat sur Colette). Enseignement en collèges et lycées (dans le Perche), en universités (Anger, Istanbul).
En 1991, la Mairie de Manosque me confie la création et la direction du Centre Jean Giono.
En 2015, pour m’aider à traverser un moment difficile de ma vie, une amie peintre, Elisabeth Langlade, me propose de faire un recueil de mes poèmes et de les accompagner de ses esquisses. C’est cette belle histoire d’amitié et de complicité qui est à l’origine de cette création commune, Dans le bruissement des jours.
Elisabeth Langlade
Au cours des multiples déménagements de mon enfance (Auvergne, Poitou, Nord, Lorraine…) j’ai gardé en mémoire la variété des paysages, leurs émotions, et leurs différences. Après des études aux Arts décoratifs de Strasbourg, j’ai créé mes entreprises artisanales (création de vêtements en patchwork, dans le Gard puis à Paris). Revenue dans le Gard, j’ai monté une crêperie et à l’heure de la retraite, je me suis remise à la peinture.
La vie vous construit et vous propose des amitiés, qui vous emmènent dans des chemins insoupçonnés et qui illuminent le quotidien. Avec Annick Vigier, ce fut une belle rencontre de sensibilités et une jolie collaboration qui a fait naître ce livre et cette petite exposition.
Publication :
Dans le bruissement des jours, autoédition, 2018.

Jacques Norigeon

Jacques Norigeon est né en 1956. A travaillé à l’école d’art d’Aix-en-Provence, puis dirigé celles de Pau, Valence, Grenoble. Commence à publier des livres d’artistes à l’enseigne de Balthazar au début des années 90, éditions qu’il assure en collaboration avec des plasticiens. De l’ordre de la poésie, bien qu’il refuse le qualificatif de poète, ses textes migreront vers les revues, avec la rencontre de Propos de campagne en 1996, puis vers des éditions courantes lorsque de la revue naîtront les éditions Propos2. Sa poésie est marquée par le goût de l’expérimentation douce et des audaces cachées, entre une veine oulipienne et le sens de l’historiette préféré à celui de l’Histoire «  avec sa grande hache  ». La conception de la poésie comme forme plastique narrative et la passion maintes fois retenue mais jamais tempérée de l’humour l’ont également porté vers des récits brefs et satiriques où le très noir est préféré au trop gris.
Le dernier avatar en est 88 1/2  paru en septembre 2018 chez Propos2éditions.
Principales publications disponibles :
Octobre encore, suivi de Encore octobre, Le Bruit des autres, 2002.
Je suis une rivière. Photographies de Claude Vénézia, Propos2éditions, 2004.
Le Sens des retours, précédé de Le Sens des départs, Le Bruit des autres, 2006.
Le Palais des singes, Propos2éditions, 2008.
L’Amour du mot amour (in Triages, anthologie vol. II), Tarabuste, 2015.
88 1/2, Propos2éditions, 2018.

René Char

Inutile de présenter ici le poète de l’Isle-sur-la Sorgue et résistant des Basses-Alpes qui fut l’ami d’Éluard, Breton, Peret, Artaud, Camus et tant d’autres…
Michel Ivonio
Auteur-compositeur-interprète, il offre des compositions sensibles et aventureuses, chansons françaises aux parfums folk, blues et rock et dont les textes s’intègrent aux poésies profondes présentées en trois recueils, le tout nouveau Concerto, 2018, Éther en 2015, Opium en 2006.
Maturité, goût du risque, recherche d’équilibres, voici Concerto, transcription du jeu des rythmes, des sons, des couleurs et des formes par un artiste dont les poèmes où le temps règne en Maître, sont, pour le lecteur comme pour l’auteur, une réelle forme de délivrance.
Le lecteur trouvera dans Concerto l’ensemble des textes de l’Opéra des résistances présentés avec Sébastien Lalisse, en duo voix & claviers.
Sébastien Lalisse
Né en 1973, dans le Sud de la France, Sébastien Lalisse entre en contact avec la musique à l’age de 10 ans. Il est sensibilisé au Jazz depuis son adolescence avec des musiciens tels que Bill Evans, Herbie Hancock, Jeanne Lee ou plus récemment Bill Carrothers. Attiré par de multiples courants musicaux, son jeu est résolument moderne et métissé, forgé à travers ses rencontres avec entre autres Alain Soler, Raphael Imbert, Fred Pasqua, Larry Schneider et bien d’autres.
Publications :
– L’Opéra des résistances, Michel Ivonio & Sébastien Lalisse quartet, 2018.
– Concerto, Michel Ivonio, 2018.

Stage Clown Adulte (9 & 10 mars)

Rire de nos fêlures, découdre nos armures
& s’inventer l’amure tujurs…
Semons des « graines de beauté » pour le printemps des poètes 2019 à la Cîmenterie. Ce stage sur deux jours est irrigué par Annie Rhode – Nini Clown de bithume et forêt depuis 1975, exploratrice tout azimut. Aiguilleuse artistique de la Compagnie Tout Samba’L.
Tarifs : 70 / 90 € +10 € adhésion…
Écriture & typographie
(22 mars de 10 h à 19 h)
Un atelier d’initiation à la typographie afin de composer, imprimer et semer les graines de mots qui serviront à la scène ouverte du lendemain… Les deux ateliers (matin et après-midi) sont ouverts à tous (de 7 à 77 ans),
ils permettent de s’initier au maniement des caractères mobiles en bois et en plomb. 
Les inscriptions sont limitées à 6 personnes par atelier.
Tout le matériel nécessaire est fourni (composteur, galée, papier, encre, etc.).
Il est conseillé de venir avec un tablier pour protéger ses vêtements.
Tarif : 15/20 euros . Inscription : 06 81 98 80 49 ou samuel.autexier@free.fr.
Scène ouverte : « graines de beauté »
(23 mars de 18 h à minuit, buvette et repas sur place)
L’invitation est lancée à tous les stagiaires, lecteurs, acrobates, poètes, musiciens*nes, typographes, croqueurs, semeurs, semeuses, clowns… d’ici et d’ailleurs. Inscription à : diffusion@toutsambal.fr
Déjà inscrits : François Reibel & Ber de Forcal, Isia & Lulabi, Sadou,
Samuel, Nini, etc.
Stand de livres de poésie par la librairie Regain de Reillanne.

 Ottilie B.

« Elle dira qu’elle bricole, qu’elle bidouille de la musique, depuis toujours et dans l’urgence. Mais à la voir piloter son laptop de ses pieds nus, traquer toutes ces sonorités du monde qu’elle découpe, colle, superpose et sample à l’infini, on l’imagine sculptrice moderne plutôt que bidouilleuse. Avec patience, finesse et précision extrême, Ottilie [B] taille dans la musicalité des mots et du son, comme dans une matière première et vivante, à transformer et réinventer.
Poétique, charnel et intimiste, l’univers qu’elle sculpte avec grâce, nous ballade entre slam et chanson, colère et douceur, violence et sensualité. Chercheuse de son autant que de sens, Ottilie B s’inspire de la mythologie grecque, de la philosophie épicurienne, de la littérature comme celle de Lorette Nobécourt, de la poésie de René Char ou Marina Tsvétaéva, d’artistes chercheurs défricheurs tels Gainsbourg, Rita Mitsouko, Claire Diterzi, Nicolas Repac… Autre source d’inspiration : ses expériences sensibles du voyage, « espace intemporel de tous les possibles, où tout est perpétuel changement, plus frontalement que dans le quotidien, explique-t-elle. Chaque voyage est pour moi un moyen très concret d’approcher un état spirituel de disponibilité et de créativité ».
Pour cette femme du monde aux origines métissées – kabyles, italiennes, mongoles – chaque voyage est quête de soi, mais aussi matière créative directe, brute et multiple : sons du réel capturé au cœur de la nature, rythmiques et sonorités nouvelles, instruments, musiques et chants de tous les mondes. Du chant diaphonique mongol au chant soufi , en passant par le joik finlandais, Ottilie [B] honore toutes les traditions qu’elle traverse, les faisant naturellement siennes, leur donnant le soufle singulier de sa créativité et de sa voix, premier instrument et première arme, trace éphémère et boussole éternelle, vers l’ailleurs et vers la vie. »
Lydie Mushamalirwa & Ln
Publication :
– Commencer d’infinir, Gros textes, 2019.

Concert le dimanche 31 mars au Café du cours
Stage de chant du 28 au 31 mars à Montjalade (Reillanne).
Sur inscription : ottilieproduction@gmail.com 

Lâcher de mots 2.0 !
Pour ce vingtième « lâcher de mots » au Café du cours de Reillanne on peut s’attendre à tout* de la part de la joyeuse équipe qui tire les ficelles de ce rendez-vous trimestriel (Indiana Améziane, Philippe Payraud, les deux Yann : Engelbrecht & Magnan, Tristan Joubert, Mélanie Gonthier, etc.) mais la recette reste inchangée : venez avec vos mots, vos textes, vos poèmes, vos chansons, vos haïkus, vos slams, votre inspiration, vos coups de cœur et de coups de gueule !
Un vers dit = un verre offert !
« Reillanne est un petit village où résident de nombreux artistes et où la création est omniprésente. Le Café du cours en a fait un lieu d’ancrage culturel. En effet, tous les vendredis sont organisés des concerts de qualité qui attirent en moyenne entre 80 et 150 personnes. Ce vendredi d’août, c’est le groupe «Kel-mo» qui se produit : un quartet original de San Francisco aux influences tziganes et jazz manouche. La salle et la terrasse sont pleines : l’ambiance est excellente. Ça sourit et ça danse partout !
Une fois par trimestre a lieu la soirée « Lâcher de mots » organisée en collaboration avec un collectif d’artistes amoureux des belles lettres , où chacun peut livrer et partager ses vers, sa prose ou son coup de gueule. »
Stylo blues in La Marseillaise du 27 août 2017

* Ainsi pour fêter cette édition spéciale (la vingtième), la soirée débutera dès 20 heures avec le tout jeune public, des lâchés de papier et autres réjouissances littéraires…

Flora Vala
Je suis photographe et illustratrice, élève en dernière année à l’école nationale de photographie d’Arles. Je voyage depuis de nombreuses années à la rencontre
de gens qui ont choisi d’autres modes de vie, plus
égalitaires, plus proches de la terre. Je suis curieuse
de la façon dont chacun tisse, avec art, sa vie.
Tova Darling
Je collabore à une coopérative agricole près d’Arles et écrit des contes. J’ai publié dans la revue La Pensée de midi, Actes Sud – et également dans la revue littéraire L’Autre journal où j’ai publié un chapitre du Conte de la Mythomanie.
Publication :
– MHM Le lumière, Flora Vala & Tova Darling, autoédition, 2019.
Valérie Mignucci
Comédienne, je vis à Reillanne. Licence de théâtre-danse, travail sur le corps, formation d’art-thérapeute et professeur de yoga. Aujourd’hui, je cherche un lien entre corps et littérature. Ma rencontre avec Tova s’est faite au cours d’une expérience artistique très forte. Un voyage commun sur le bateau « la nef des fous », au cours
duquel l’expérience du collectif nous a mis en présence d’un univers poétique unique.

Lecture-rencontre avec Tova Darling
le samedi 6 avril à 19 h en duo avec Valérie Mignucci

Hélène Grimaud
Hélène Grimaud est biodégradable. Elle vit à peu près à Forcalquier. Rarement. Tantôt HG fait des lectures publiques tantôt enregistre sa voix tantôt poste des textes sur son blog (https://hgrimaud.tumblr.com).
En 2017, à partir d’un de ses textes, HG a crée une performance mouvementée HS [le corps abrite la tête] avec Sofie Dubs (danseuse) et Olivier Masson (musicien).
HG aime les fougères, les truites, les nids et d’autres ustensiles. 
Publications en revues :
– Prière à NDdO in Triages n°22 – 2010 (Tarabuste)­­
– Treize scènes & restes d’Ernest in Anthologie Triages – 2011 (Tarabuste)
– Quatrains de chiens in Triages n°25 – 2013 (Tarabuste)
– Je dormir (extrait) in sitaudis.fr, 2017
– Je dormir suivi de Hop ! Aventures à paraître
in Triages, anthologie 2019 (Tarabuste)
– Je toute ne que à paraître in revue Ouste 2019.
Éditions :
– Moires, avec des monotypes de Marie-Claire Cano
in éditions EDL, Bruxelles, 2016. 

Jean-Félix Cuny
Vit à Forcalquier.
Comédien et metteur en scène (Cie de L’Arche, Cie Llorca, Le vent rouge, Blyth and Co…), formateur (Atelier WRZ- Paris), il est aussi auteur, scénariste et enseigne depuis 1985.
Il conçoit et réalise des spectacles institutionnels (Bicentenaire de Polytechnique, « Les chemins de la liberté » – Libération d’Evreux, 30 ans des Parcs naturels, Fêtes de la St-Louis à Aigues-mortes, Hommage à Maria Callas – Fêtes d’automne de Paris, etc.).
Scénariste : TF1 A.Isker, Fr 3, Ruggieri Grands événements, Blyth & Cie, Cimedia, Aeficom, J.M.F, CFDT (Chr. Rodunski)…
Historien de formation, il est aussi l’auteur d’ouvrages de vulgarisation : Sel que j’aime, Hachette, 2001 ; Les Villages perchés du Luberon, Gallimard 1999 ; Histoire du vêtement, Adage, 1997 ;  Le Chemin de Nanterre, une histoire du faisceau Hertzien, Aden, 1991.
Publication de poèmes dans diverses revues.
Pierre Bonnet
Vit à Dauphin.
Médiateur culturel polyvalent, guitariste et auteur. Travaille sur les mémoires populaires, les musiques traditionnelles, la poésie.
Il définit sa poésie comme une poésie « lyrique de poche ». Non sans humour bien évidement. Les livres qu’il présente sont toutes des créations originales, des objets uniques. Peintures, encres, pastels, collages, etc.
se retrouvent étroitement mêlés dans un dialogue où la poésie intervient comme partenaire naturel de l’œuvre.

Exposition des livres d’artistes de Pierre Bonnet
du 15 avril au 31 mai à la librairie Regain

Roger Giroux
Roger Giroux est né en 1925 et mort en 1974. Traducteur émérite de l’anglais (Lawrence Durrell, Henry Miller, Edna O’Brien, W. B. Yeats…), éditeur auprès de Marcel Duhamel à la « Série noire », il demeurera l’auteur de « un ou deux livres », comme il l’écrit à Pierre Rolland, un ami d’enfance, au tout début de sa carrière.
L’Arbre le temps, paru au Mercure de France en 1964 et obtient le prix Max-Jacob ; le livre est réédité en 1979 augmenté de deux textes inédits au Mercure de France. Eric Pesty Éditeur procure en 2016 une troisième édition de L’Arbre le temps qui restitue le format de l’originale. Poème, livre resté inachevé à la mort de l’auteur, fut édité par Jean Daive au Théâtre Typographique en 2007.
Bibliographie de Roger Giroux :
Chez Éric Pesty Éditeur : Journal d’un Poème, 2011 ; Lieu-Je, 2016 ; Lettre, 2016 ; L’Arbre le temps, 2016.
Au Théâtre Typographique : Poème, 2007.
Chez Unes : Et je m’épuise d’être là…, 1982 ; L’autre temps, 1984 ; Ptères, 1985 ; Journal du poème, 1986 ; Soit donc cela, 1987 ; Blank, 1990.
Chez d’autres éditeurs : L’Arbre le temps, Mercure de France, 1964 ; Voici, Le Collet de Buffle, 1974 ; Théâtre, Orange Export Ltd, 1976 ; S, Orange Export Ltd, 1977 ; L’Arbre le temps, suivi de Lieu-Je et de Lettre, Mercure de France, 1979.
Amandine Tamayo
Comédienne, journaliste radio, animatrice culturelle. Elle travaille aujourd’hui au sein de l’Agence régionale du livre comme chargée de production.
Éric Pesty

Né à Gap en 1972. Vit et travaille à Marseille. Docteur en lettres « La notion de récit chez Claude Royet-Journoud ». A co-dirigé, avec Éric Giraud et David Lespiau la revue ISSUE. Dirige la maison d’édition «Éric Pesty Éditeur» depuis 2005.


Et bientôt le programme complet de la fête de la librairie du samedi 11 mai 2019 !!
04110 Reillanne, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *