Eden

(1 lecture)

19,50 

Monica Sabolo
Gallimard

274 pages
Parution : 22/08/2019

Nous n'avons plus ce livre en stock mais nous pouvons vous le commander… sauf s'il est indisponible.

EAN : 9782072863158 Rayon : Étiquettes : , ,

Résumé de l'éditeur

Un esprit de la forêt. Voilà ce qu’elle avait vu. Elle le répéterait, encore et encore, à tous ceux qui l’interrogeaient, au père de Lucy, avec son pantalon froissé et sa chemise sale, à la police, aux habitants de la réserve, elle dirait toujours les mêmes mots, lèvres serrées, menton buté. Quand on lui demandait, avec douceur, puis d’une voix de plus en plus tendue, pressante, s’il ne s’agissait pas plutôt de Lucy – Lucy, quinze ans, blonde, un mètre soixante-cinq, short en jean, disparue depuis deux jours -, quand on lui demandait si elle n’avait pas vu Lucy, elle répondait en secouant la tête : « Non, non, c’était un esprit, l’esprit de la forêt ».
Dans une région reculée du monde, à la lisière d’une forêt menacée de destruction, grandit Nita, qui rêve d’ailleurs. Jusqu’au jour où elle croise Lucy, une jeune fille venue de la ville. Solitaire, aimantant malgré elle les garçons du lycée, celle-ci s’aventure dans les bois et y découvre des choses, des choses dangereuses… La faute, le châtiment et le lien aux origines sont au coeur de ce roman envoûtant sur l’adolescence et ses métamorphoses.
Eden, ou le miroir du paradis perdu.

Fiche technique

Poids 294 g
Dimensions 21 × 14 × 2 cm

1 lecture pour Eden

  1. Avatar

    Sadou

    On entre dans l’univers de Monica Sabolo avec une tension qui porte le réel pour le faire basculer.

    Eden est un roman d’une rare puissance, Monica Sabolo excelle à décrire l’errance d’une jeunesse à bout de souffle et en particulier le cercle aimanté des jeunes filles.
    Les relations sont suspendues, les espaces naturels très présents, ici la forêt, donnent au récit l’ampleur des grands romans américains.
    Eden est un roman qui s’aventure dans une psyché complexe, les rapports d’influence, la séduction, y trament l’essence de ce presque polar incandescent.
    Les retournements de situation laissent sans voix, on peut aussi y lire la puissance du féminin dans son rapport occulte aux forces cachées.

    Summer, un autre roman de l’auteur est plus serré, son axe, une disparition, puis une famille qui encercle ce vide, le frère, la mère, le père, les figures tournent, le narrateur qui est le frère est un adolescent dont l’angoisse submerge la pensée, ici aussi le rythme même de l’errance découpe des scènes d’une justesse implacable. Le rapport aux autres, le vernis social, la condition bourgeoise inscrivent d’entrée un roman aux multiples sens, aux multiples portes d’entrée.

    On peut dire dans les deux romans qu’il y a un don évident pour le suspens et l’effroi tout en conservant une ligne poétique qui ouvre des espaces picturaux, très denses, très organiques, comme chez Marcus Malte une résonance nous implique au plus intime.

Ajouter une lecture

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *