K comme kolonie – Kafka et la décolonisation de l’imaginaire

14,00 

Marie-José Mondzain
La Fabrique

192 pages
Parution : 21/02/2020

Plus que 1 en stock (peut être commandé)

EAN : 9782358721936 Rayon : Étiquettes : ,

Résumé de l'éditeur

La question coloniale est interrogée avec une particulière insistance
aujourd’hui en raison du retour des manifestations violentes du racisme et
des diverses figures de l’exclusion. La décolonisation, loin de se réduire
aux combats pour l’indépendance et à l’accès à l’autonomie des anciennes
colonies, pose un problème très actuel qui s’étend aux territoires réels et
imaginaires des colonisés mais surtout des colonisateurs eux-mêmes.
L’abolition de l’esclavage n’a toujours pas mis fin aux haines, aux
asservissements et aux crimes. C’est la cruelle vitalité d’une colonisation
de l’imaginaire lui-même qui semble rester gravée dans la chair des
victimes mais aussi de leurs bourreaux. La lecture d’une fiction
visionnaire, La Colonie Pénitentiaire de Kafka a ouvert le chemin d’une
interrogation générale sur la relation de la machine qui soumet, qui torture et qui tue avec les stratégies de
toute domination. Cette lecture a accompagné tout au long de ma réflexion
le cheminement biographique et historique à travers les signes de cette
colonisation charnelle et passionnelle de l’imaginaire lui-même. Il s’agit
d’analyser à travers un certain nombre de témoignages, de textes et
d’images le lien puissant, violent et toujours actif qui noue le
colonialisme au capitalisme au coeur actuel d’un impérialisme mondialisé.
Cependant cette courte méditation cherche aussi à reconnaître la puissance
émancipatrice de l’écriture fictionnelle et d’une façon générale la place
des gestes créatifs dans l’expérience de la liberté et de la joie qu’elle
donne. J’ai donc essayé dans le même mouvement, toujours accompagnée par
Kafka, d’envisager les conditions présentes de possibilité d’une
décolonisation de l’imaginaire qui seule est en mesure de faire opérer
contre l’oppression du réel les énergies transformatrices et les gestes
révolutionnaires.

Fiche technique

Poids 170 g
Dimensions 17 × 11 × 2 cm

Avis de lecture

Il n’y a pas encore d’Avis de lecture.

Envoyer nous une lecture sur “K comme kolonie – Kafka et la décolonisation de l’imaginaire”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *