Les Sentinelles des pandémies – Chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux aux frontieres de la ch

20,00

Frédéric Keck
Zones Sensibles

234 pages
Parution : 05/06/2020

Rupture de stock (livraison sur commande… sauf si indisponible).

UGS : 9782930601434 Catégorie : Étiquettes : ,

Résumé de l'éditeur

La pandémie de grippe est un des événements qui suscitent une mobilisation au niveau global. Le caractère cyclique des pandémies – la « grippe espagnole » en 1918, la « grippe asiatique » en 1957, la « grippe de Hong Kong » en 1968 – a conduit les experts à penser qu’une nouvelle pandémie était imminente, et qu’elle tuerait des millions de personnes. La question, selon les autorités de santé globale, n’était pas de savoir quand et où la pandémie commencerait, mais si nous étions prêts pour ses conséquences catastrophiques.
Il faut donc se préparer aux pandémies pour limiter non seulement le nombre de victimes humaines mais aussi ses effets politiques et moraux. Une pandémie commence quand un pathogène infecte une population humaine non immunisée. On considère que les microbes mutent à travers les espèces animales, où ils se développent habituellement de façon asymptomatique dans leurs « réservoirs animaux » , avant de passer aux humains, où ils produisent infection et contagion.
Les virus de grippe, en particulier, mutent et se réassortissent chez les oiseaux, notamment aquatiques, et les porcs, décrits comme des « véhicules intermédiaires » parce qu’ils ont des récepteurs dans leurs voies respiratoires qui peuvent s’attacher aux virus aviaires et humains. Quand les microbiologistes suivent les pathogènes dans leurs réservoirs animaux pour anticiper leur émergence chez les humains, ils introduisent ainsi les animaux dans la société.
Ce livre montre, avec les méthodes de l’anthropologie sociale, comment les techniques de préparation pour une pandémie de grippe ont transformé nos relations aux oiseaux. Des milliards de volailles ont été tuées à travers le monde pour éviter que des pathogènes potentiellement pandémiques ne passent la frontière d’espèces. Les oiseaux migrateurs ont été surveillés pour comprendre la diffusion des virus de grippe en-dehors de leur lieu d’émergence.
L’anthropologie sociale, en tant qu’elle produit du savoir sur les similarités et les différences entre les humains et les autres animaux, peut prendre les pathogènes franchissant les barrières d’espèces comme point de départ pour une enquête sur les transformations des relations entre humains et non-humains. La connexion entre les relations hommes/animaux et les mesures de santé publique s’opère dans les deux sens ? : de nouvelles relations entre hommes et animaux (comme l’intensification de l’élevage industriel) a produit de nouveaux risques d’émergence, mais les techniques utilisées pour limiter ces risques (comme l’abattage massif de volailles ou l’usage de poulets sentinelles) a aussi changé la façon dont les hommes interagissent avec les animaux.
Ce livre est basé sur une recherche ethnographique conduite à Hong Kong, Taiwan et Singapour entre 2007 et 2013. Ces trois territoires ayant été affectés par la crise du SRAS en 2003, ils ont investis dans les techniques de préparation à une pandémie de grippe. Mais ces trois territoires étaient aussi mobilisés contre un virus de grippe aviaire venant de Chine, où le nombre de volailles domestiques avait dramatiquement augmenté au cours des quarante dernières années.
Hong Kong, Taiwan et Singapour sont trois points de passage pour la diaspora chinoise, qui pouvait ainsi s’identifier avec les oiseaux migrateurs accusés de propager la grippe à travers le globe. L’un des arguments soutenus dans ce livre est que ces trois territoires situés aux frontières de la Chine et connectés au reste du monde ont trouvé avec la grippe aviaire un langage pour parler des problèmes qu’ils ont avec le continent chinois, considéré comme une puissance émergente dont les conditions de vie manquaient de transparence.
Ce livre associe un argument théorique en anthropologie sociale avec une ethnographie des relations entre hommes et animaux dans des techniques de santé publiques afin de saisir ce qu’est « la préparation au niveau aviaire » dans des territoires asiatiques singuliers.

Fiche technique

Poids 352 g
Dimensions 22 × 14 × 2 cm

Avis de lecture

Il n’y a pas encore d’Avis de lecture.

Envoyer nous une lecture sur “Les Sentinelles des pandémies – Chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux aux frontieres de la ch”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *