L’Insurrection qui vient

7,00 

Comité invisible
La Fabrique

125 pages
Parution : 29/03/2007

En stock (peut être commandé)

EAN : 9782913372627 Rayon : Étiquettes : , , , ,

Résumé de l'éditeur

Chaque secteur spécialisé de la connaissance fait à sa manière le constat
d’un désastre. Les psychologues attestent d’inquiétants phénomènes de
dissolution de la personnalité, d’une généralisation de la dépression qui
se double, par points, de passages à l’acte fou. Les sociologues nous
disent la crise de tous les rapports sociaux, l’implosion-recomposition des
familles et de tous les liens traditionnels, la diffusion d’une vague de
cynisme de masse ; à tel point que l’on trouve dorénavant des sociologues
pour mettre en doute l’existence même d’une quelconque « société ». Il y a
une branche de la science économique – l' »économie non-autistique » – qui
s’attache à montrer la nullité de tous les axiomes de la prétendue « science
économique ». Et il est inutile de renvoyer aux données recueillies par l’écologie pour dresser le constat de la
catastrophe naturelle. Appréhendé ainsi, par spécialité, le désastre se mue
en autant de « problème » susceptibles d’une « solution » ou, à défaut, d’une
« gestion ». Et le monde peut continuer sa tranquille course au gouffre. Le
Comité Invisible croit au contraire que tous les remous qui agitent la
surface du présent émanent d’un craquement tectonique dans les couches les
plus profondes de la civilisation. Ce n’est pas une société qui est en
crise, c’est une figure du monde qui passe. Les accents de fascisme
désespéré qui empuantissent l’époque, l’incendie national de novembre 2005,
la rare détermination du mouvement contre le CPE, tout cela est témoin
d’une extrême tension dans la situation. Tension dont la formule est la
suivante : nous percevons intuitivement l’étendue de la catastrophe, mais
nous manquons de tout moyen pour lui faire face. L’Insurrection qui vient
tâche d’arracher à chaque spécialité le contenu de vérité qu’elle retient,
en procédant par cercles. Il y a sept cercles, bien entendu, qui vont
s’élargissant. Le soi, les rapports sociaux, le travail, l’économie,
l’urbain, l’environnement, et la civilisation, enfin. Arracher de tels
contenus de vérité, cela veut dire le plus souvent : renverser les
évidences de l’époque. Au terme de ces sept cercles, il apparaît que, dans
chacun de ces domaines, la police est la seule issue au sein de l’ordre
existant. Et l’enjeu des prochaines présidentielles se ramène à la question
de savoir qui aura le privilège d’exercer la terreur ; tant politique et
police sont désormais synonymes. La seconde partie de L’Insurrection qui
vient nous sort de trente ans où l’on n’aura cessé de rabâcher que « l’on ne
peut pas savoir de quoi la révolution sera faite, on ne peut rien prévoir ».
De la même façon que Blanqui a pu livrer les plans de ce qu’est une
barricade efficace avant la Commune, nous pouvons déterminer quelles voies
sont praticables hors de l’enfer existant, et lesquelles ne le sont pas.
Une certaine attention aux aspects techniques du cheminement
insurrectionnel n’est donc pas absente de cette partie. Tout ce que l’on
peut en dire ici, c’est qu’elle tourne autour de l’appropriation locale du
pouvoir par le peuple, du blocage physique de l’économie et de
l’anéantissement des forces de police.

Fiche technique

Poids 116 g
Dimensions 17 × 11 × 1 cm

Avis de lecture

Il n’y a pas encore d’Avis de lecture.

Envoyer nous une lecture sur “L’Insurrection qui vient”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *