L’Odyssée de l’endurance

10,70 

Ernest Shackleton
Libretto

336 pages
Parution : 10/03/2011

Plus que 1 en stock (peut être commandé)

EAN : 9782752905789 Rayon : Étiquettes : , ,

Résumé de l'éditeur

Paul-Émile Victor aimait à rappeler que s’il avait consacré sa vie à
l’exploration des régions polaires, c’était pour avoir lu un jour la
relation du voyage de Sir Ernest Shackleton à bord de l’Endurance : à ses
yeux le plus beau récit d’aventures qui ait été publié en ce siècle – rien
de moins. Deux ans après qu’Amundsen eut atteint le pôle Sud, Shackleton
s’embarque à bord de l’Endurance. Son but : débarquer sur la côte de
l’Antarctique une équipe d’exploration au complet. et tenter de traverser,
en traîneaux à chiens, le continent glacial dans toute sa largeur, de la
mer de Weddell (Atlantique sud) à la mer de Ross (qui s’ouvre au sud de la
Nouvelle-Zélande).En fait rien ne se passa comme prévu et l’expédition faillit bien tourner à la tragédie :
il s’en fallut quasi d’un miracle. ou plutôt de l’obstination insensée d’un
homme qui s’ingéniait à trouver dans la pire adversité des ressources
insoupçonnables. Shackleton et son équipage ne réussiront même pas à
toucher le continent : leur navire, prisonnier des glaces dès l’hiver
austral 1915, finira broyé par la banquise après quelques mois de dérive.
Il leur faut alors, pendant des semaines, pousser sur la glace leurs trois
chaloupes montées sur traîneaux, jusqu’à la mer libre. et de là, tenter de
remonter vers le nord et atteindre une île où l’on puisse les secourir.
Après une navigation périlleuse au milieu des icebergs, sans nourriture et
presque sans sommeil, la petite troupe réussit à toucher l’île Éléphant,
aux portes de la mer de Weddell. Mais l’île est déserte et aucun navire ne
fréquente ces parages. Shackleton ose alors l’impossible : il laisse sur
place le gros de son expédition, qui tentera de survivre quatre mois durant
presque privée de tout. et rejoint en canot, avec cinq hommes, les côtes de
l’archipel de Géorgie du Sud où hivernent parfois quelques baleiniers –
soit 1 500 km à la voile et à la rame à la veille de l’hiver austral ! Il
lui faudra encore traverser, sans aucun matériel, les montagnes et les
glaciers vertigineux de l’archipel ( jusqu’alors inexplorés) avant de
toucher le premier poste civilisé. Puis organiser rien de moins que quatre
tentatives pour rallier l’île Éléphant bloquée par les glaces. et ramener
finalement son équipe au complet. Bref, un échec. Mais où Paul-Émile Victor
persiste à voir la plus fabuleuse aventure jamais vécue par les hommes en
terre australe. Et de s’étonner que la dernière édition intégrale de ce
texte en français (avant sa remise au jour par Phébus en 1988) remonte aux
années trente ! (C’est elle qui se trouve reprise ici, illustrée par les
célèbres photos de Frank Hurley, membre de l’expédition – dont la BBC a
tiré il y a quelques années un film primé dans plusieurs festivals
internationaux.) Sentiment de la presse à l’occasion de la redécouverte de
ce texte, résumé par Jean-Louis Ezine dans le Nouvel Observateur : « Quand
on nous envoie Shackleton, même Paul-Émile Victor s’agenouille ! »

No tags for this post.

Fiche technique

Poids 346 g
Dimensions 18 × 12 × 3 cm

Avis de lecture

Il n’y a pas encore d’Avis de lecture.

Envoyer nous une lecture sur “L’Odyssée de l’endurance”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *