Ringolevio

(1 lecture)

25,00 

Emmet Grogan
L’Echappée

620 pages
Parution : 20/05/2015

Rupture de stock

EAN : 9782915830972 Rayon : Étiquettes : , , , ,

Résumé de l'éditeur

« La théorie de l’échec. Ne possédant rien, tu n’as strictement rien à
perdre. » Nul autre homme n’a consumé sa vie avec autant d’ardeur qu’Emmett
Grogan. Et ne l’a contée avec autant de talent. Né à New York en 1942, ce
personnage flamboyant a grandi à Brooklyn entre pauvreté et parties de
Ringolevio. Héroïnomane à 13 ans, cambrioleur à 15, exilé en Europe à 17
après quelques mois de prison, Grogan découvre Paris en pleine guerre
d’Algérie, les Alpes et la montagne, la dolce vita en Italie. Puis
direction Dublin où il s’engage dans l’IRA et renoue avec ses racines
irlandaises. De retour dans son pays natal, il s’installe à San Francisco.
Là, dans le quartier hippie de Haight Ashbury, avec quelques amis survoltés venus du théâtre,
ils fondent en 1966 le légendaire groupe des Diggers. Ces jeunes révoltés
vont être de tous les combats politiques, distribuer des vivres et des
vêtements et faire de la rue un terrain de fête et d’expérimentation
sociale. Dix ans plus tard, en 1978, après des années d’errance, Emmett
Grogan meurt d’une overdose. Il n’y avait pour lui pas de temps à perdre
car « aujourd’hui est le premier jour du reste de ta vie ». Le jeu. La
lutte. La vie. Ringolevio. Au détour des pages de cette extraordinaire
autobiographie, on croise les grandes figures de la contre-culture
américaine des années 1960 : Angela Davis, Bob Dylan, Allen Ginsberg,
William Burroughs, Jack Kerouac, Neal Cassady, les Hell’s Angels, les
Panthères Noires. et l’on sent le souffle, comme nulle part ailleurs, d’une
époque explosive.

Fiche technique

Poids 812 g
Dimensions 21 × 14 × 3 cm

1 lecture pour Ringolevio

  1. Samuel

    Une leçon de vie solitaire et solidaire mais aussi une critique au vitriol de la petite bourgeoisie hippie de San Francisco et de son manque de conscience politique.
    Le récit d’Emmet Grogan est un monument des années 1970 qui reste tout à fait actuel aujourd’hui où les mouvements citoyennistes qui prétendent se passer de la lutte et de la violence pour « transformer » le système ouvrent avec la rapidité de la vérole leurs petites boutiques et autres firmes en exploitant la misère humaine.
    Vive la Révolution & l’amitié !

Ajouter une lecture

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *